Auto

Le Big Data appliqué à la sécurité routière

La France compte utiliser le Big Data pour affiner sa prévention routière. Source : Pxhere
170vues

Alors que la volonté du Premier ministre Édouard Philippe de passer la vitesse maximale des routes secondaires de 90 à 80 km/h est mal acceptée par nombre d’automobilistes, de nouvelles méthodes pourraient présider aux futurs changements législatifs en matière de prévention routière. Ce sont en effet la Data Science et le Big Data qui s’invitent sur cette scène en France.

Une volonté ministérielle

Le 9 janvier 2018, la plupart des médias n’ont retenu du conseil interministériel de la sécurité routière que les propos de Matignon annonçant un passage à 80 km/h sur les routes secondaires :

Il était pourtant question d’un plan d’action beaucoup plus large. En son sein, nous trouvons notamment un chapitre sur l’utilisation des nouvelles technologies en vue d’anticiper ou de prévenir les accidents de la route. Le but est d’améliorer la sécurité routière en France grâce à l’analyse du comportement des automobilistes.

Cela a donné la création d’un observatoire sur les risques routiers et la mobilité. C’est un vaste projet mené par diverses institutions, dons l’association Prévention routière, OpinionWay, Gfi Informatique et Attitude prévention (un consortium d’assureurs). Chaque participant, comme on le voit, sera amené à apporter sa propre expertise.

Le modus operandi

Actuellement, les politiques routières menées par les ministères ou adoptées par les parlementaires s’appuient presque uniquement sur des données statistiques passées, actualisées chaque année. En la matière, le rôle de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière – ou ONISR – est très précieux. Mais les avancées de l’informatique et des nouvelles technologies permettent d’aller plus loin.

En effet, le Big Data devrait permettre d’appréhender avec davantage de précision l’attitude réelle des conducteurs. Les statistiques peuvent être interprétées de plusieurs manières, tandis que la Data Science (une forme d’intelligence artificielle) appliquée à la sécurité routière permet de comprendre les réactions et les désirs des usagers de la route. Cela promet de mieux faire connaître les infractions réelles au code de la route et leur fréquence. Les campagnes de sensibilisation pourront ainsi être toujours plus réalistes et adaptées :

L’une des premières conséquences de ce projet devrait être une meilleure signalisation sur les routes. Tout virage dangereux oublié par les panneaux serait facilement identifié. Pour le reste, seul l’avenir nous dira ce qu’il en ressortira ! En tout cas, nous retiendrons que les nouvelles technologies bien employées peuvent améliorer notre sécurité dans tous les domaines.

Source :

LeMagIT

Philippe
Chaque jour qui passe est une innovation !

Recevez les meilleurs articles par email une fois par semaine !
+ +
Inline
Inline