Loisirs

CinéClean en croisade pour des cinémas plus propres !

Aperçu de la page d'accueil de la start-up CinéClean. Source : cine-clean.com
196vues

Dans le monde des loisirs, le cinéma occupe une place toute particulière depuis un bon siècle. Certains croyaient qu’Internet et les téléchargements le détruiraient, mais il n’en est rien. Les salles de ciné ont toujours la cote et ne désemplissent pas. Leur succès est tel que beaucoup de cinéphiles déplorent leur éventuel manque de propreté… C’est en tout cas ce que pensent les dirigeants de la start-up CinéClean. Et ils ont fait de l’hygiène leur cheval de bataille !

À la base : un constat

Les statistiques disponibles attestent du prestige persistant du septième art en France. Il semblerait qu’en moyenne, dans les cinémas de l’Hexagone, chaque fauteuil soit utilisé 1 800 fois en une année. Ce n’est pas rien, et ça en fait du passage ! Or, il paraîtrait qu’en réalité un siège de cinéma ne serait vraiment nettoyé à fond qu’une fois par an… Et deux dans le meilleur des cas. Faute de temps et de moyens, les équipes de propreté se concentreraient en effet sur les sols, ne consacrant qu’un nettoyage superficiel au reste.

Logo de l’entreprise CinéClean

Face à cette situation, les deux co-fondateurs de CinéClean – à savoir Florent Parisi et son ami Kevin Zekri – ont déploré une surexposition des spectateurs à la poussière, à la saleté et aux bactéries. Mais quelle solution raisonnable est-il possible d’apporter pour y remédier ?

Ensuite : l’action

Pour l’instant, l’entreprise CinéClean souhaite assurer l’hygiène des appuis-tête. Effectivement, les cheveux sont l’un des principaux vecteurs humains de microbes. On sait que la gastro et la grippe, entre autres pathologies, s’attrapent facilement après avoir passé la main dans ses cheveux contaminés…

En vue de proposer des solutions hygiéniques aux tenanciers de cinémas, Zekri et Parisi ont puisé leur inspiration dans ce qui se fait dans les avions, où les protections jetables respectueuses de l’environnement sont désormais monnaie courante. Ainsi, leur société a conçu une « têtière hygiénique » réalisée en polypropylène. Cet accessoire facile et rapide à mettre sur le dessus des fauteuils est jetable tout en étant recyclable.

Du point de vue matériel et financier, côté fabrication, ces têtières sont produites grâce aux recettes de publicités. C’est une excellente trouvaille pour cette start-up ! Le cinéma Le Prado de Marseille a été l’un des tout premiers à tester, avec force satisfaction, ce concept innovant inventé dans la cité phocéenne. Le groupe CGR va très prochainement s’y mettre, du côté de La Rochelle. Des contacts avec Israël et Dubaï sont en cous, même si le marché français est privilégié par CinéClean, au moins dans un premier temps. La jeune pousse a en outre annoncé vouloir amorcer une campagne de crowdfunding. De belles perspectives en somme !

Source :

La Provence

Philippe
Chaque jour qui passe est une innovation !

Recevez les meilleurs articles par email une fois par semaine !
+ +
Inline
Inline