Santé

Un nouveau moyen d’endiguer les troubles moteurs

Le dispositif Walk développé par la start-up Resilient Innovation
333vues

Les accidents de la vie, la maladie et l’âge peuvent nous handicaper plus ou moins grandement. Dans certains cas, le fauteuil roulant est la seule issue possible. Dans d’autres, on peut s’estimer heureux de pouvoir marcher. Mais encore faut-il, malgré la douleur et les difficultés, faire en sorte de s’entraîner pour ne pas perdre ses capacités ! C’est exactement ce que propose Walk, un dispositif inédit.

L’état des lieux

De nos jours, les difficultés motrices concerneraient près de 10 millions de Français. Elles sont bien sûr d’importance variable. Mais ce chiffre faramineux suffira à faire comprendre l’enjeu dont il s’agit.

Une motricité difficile est souvent le lot des individus atteints par la maladie de Parkinson. Mais il y a aussi les personnes qui se remettent d’un AVC. Si les premiers sont appelés à voir leur situation empirer, ils peuvent cependant ralentir l’évolution de la pathologie. Les secondes, de leur côté, peuvent dans la plupart des cas totalement récupérer de leurs déboires. Enfin, il y a le facteur âge qui joue un rôle. Mais le dispositif Walk que nous évoquons aujourd’hui s’adresse spécifiquement aux troubles moteurs d’ordre neurologique. Le projet vous est présenté par son initiateur :

Pour que les patients puissent prolonger au maximum leur autonomie en préservant leurs capacités motrices, le dispositif Walk a vu le jour. Ce dernier a été conçu par Resilient Innovation, une start-up de Montpellier. Cette belle entreprise a été fondée par Jordan Miron, sensibilisé à la question après l’accident de voiture d’un de ses proches. L’ensemble s’inscrit dans une démarche d’économie sociale et solidaire (ESS), à l’échelle de la France mais aussi de l’Europe. L’Angleterre, la Belgique, l’Espagne, la Lituanie et l’Italie voient déjà circuler des dispositifs Walk.

La solution Walk

Walk, c’est d’abord un détecteur embarqué. Lorsque la personne marche, l’appareil émet un signal d’assistance à la moindre menace de faux pas. Ce n’est pas le « une, deux » de l’armée, mais on n’en est pas si loin ! Le nom était de rigueur, walk signifiant en anglais « marcher ».

De prime abord, cela n’a l’air de – presque – rien. Pourtant, c’est le fruit d’une trentaine d’années de recherche. L’humble boîtier en question se porte aisément, au niveau de la ceinture. Léger, il fonctionne grâce à un logiciel dédié. Une oreillette y est reliée, pour donner au besoin le rythme de la marche à l’individu en difficulté. Le but est de retrouver ou de conserver son équilibre tout en ayant une marche rythmée et des pas synchronisés. Et voici ce que cela donne :

Du point de vue technique, on parle de « SRA », c’est-à-dire de stimulation rythmique auditive. L’être humain a naturellement envie de suivre un rythme. On s’en rend compte à la moindre musique passée devant de petits enfants, ou lors d’applaudissements. Il était donc relativement simple d’appliquer ce principe à la marche, mais il fallait y penser. Le tout a l’avantage de ne pas être le moins du monde invasif. Walk coûte 1 780 € environ et permet une semaine d’essai avec assistance technique incluse. Cela pourra peut-être aider des personnes dans votre entourage !

Philippe
Chaque jour qui passe est une innovation !

Recevez les meilleurs articles par email une fois par semaine !
+ +
Inline
Inline