Pratique

Des poissons robots

Bancs de poissons, Crédits photo : Phil Manker
267vues

Vous ne rêvez pas, seulement quelques mois après le drone aquatique Biki, le premier poisson robot est mis au point grâce aux progrès constants et prodigieux de la robotique.

Un robot aquatique capable d’influencer de vrais poissons

Une équipe de recherche du Laboratoire de systèmes robotiques (LSRO) de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, dirigée par le professeur Francesco Mondada, a mis au point un robot miniature poisson-zèbre (Danio rerio) suffisamment convaincant pour tromper les vrais poissons de cette espèce.

Jessiko Robot Fish, Crédits photo : Titus140

L’équipe a d’abord déterminé les caractéristiques du poisson-zèbre, telles que la forme, la couleur et la vitesse d’accélération, afin de permettre au robot de s’intégrer avec succès dans le banc et d’influencer son comportement. Armés de ces informations, les chercheurs ont construit un robot de sept centimètres équipé d’aimants qui se connectent à un minuscule moteur installé sous l’aquarium. Ce dispositif aide le robot à se déplacer dans l’eau sans qu’aucun bruit ne révèle l’existence du moteur. De plus, le prototype a également adapté son propre comportement pour apprendre à communiquer et à bouger comme un vrai poisson. Plus il a passé de temps avec le vrai poisson, plus son mécanisme de nage s’est amélioré.

Comme un poisson dans l’eau

Le concept a été testé dans différents aquariums et avec différentes bancs de poissons-zèbres. L’équipe en a conclu que son robot était accepté comme s’il s’agissait d’un vrai poisson. Comme le robot était également capable d’imiter le comportement du banc, il pouvait amener ce-dernier à changer de direction ou à nager d’une partie spécifique de l’aquarium à une autre.

Poissons-zèbres, Source : Oregon-State-University

L’équipe du LSRO avait déjà conçu un cafard robot pour interagir avec de vrais cafards, mais le robot poisson s’est avéré beaucoup plus complexe. En effet, pour intégrer une communauté d’insectes, un robot n’a besoin que d’émettre les bonnes phéromones, mais rejoindre une communauté de vertébrés exige que le robot mime de nombreux autres éléments, tels que l’apparence, le mouvement et la vibration.

Source :

Spring Wise, LSRO

Axel
Rédac' en chef, je suis un véritable passionné d'innovations et d'entrepreneuriat. Etant toujours à la recherche de nouvelles idées créatives, j'ai décidé de partager mes découvertes sur Innovant.fr, pour vous inspirer également.

Recevez les meilleurs articles par email une fois par semaine !
+ +
Inline
Inline