Transport

Les pneus usagés peuvent-ils être transformés en batteries électrique durables ?

Les pneus usagés peuvent-ils être transformés en batteries électrique durables

La start-up chilienne T-Phite se lance dans une initiative audacieuse pour transformer les pneus usagés en batteries électriques durables. Alors que les véhicules électriques gagnent en popularité face à une crise climatique exacerbée par les émissions de gaz à effet de serre, T-Phite propose une solution innovante pour rendre les batteries qui les alimentent plus écologiques.

Le recyclage des pneus usagés

Les batteries actuelles, principalement au lithium, posent des problèmes environnementaux significatifs. L’extraction du lithium est gourmande en eau et en énergie, et les batteries contiennent des éléments chimiques nocifs tels que le cobalt et le manganèse. T-Phite vise à réduire la dépendance aux ressources naturelles et à diminuer les déchets de pneus, dont une grande partie finit dans les décharges.

En Europe, par exemple, six pneus par seconde arrivent en fin de vie, soit environ 200 millions par an, avec seulement une fraction recyclée. La technologie de T-Phite repose sur la pyrolyse, un processus qui soumet les pneus à des températures extrêmes pour les décomposer en petites molécules. Ce processus produit trois sous-produits : l’huile pyrolytique, l’acier, et surtout le noir de carbone. Ce dernier est essentiel dans la fabrication des batteries envisagées par T-Phite, car il contient du graphite nécessaire à la création de liaisons électriques dans les accumulateurs.

Une idée innovante

Bernardita Diaz, PDG de T-Phite, explique que le noir de carbone issu de la pyrolyse pourrait être utilisé pour concevoir des batteries au lithium plus respectueuses de l’environnement, et même des batteries au sodium, considérées comme l’avenir des technologies de batteries pour véhicules électriques. L’approche de T-Phite s’inscrit dans un modèle d’économie circulaire, offrant une alternative à la production traditionnelle de noir de carbone, qui provient de la combustion incomplète de produits pétroliers.

Bien que des sociétés comme Imerys opèrent dans ce domaine, le procédé de T-Phite est unique car il s’attaque directement à l’un des problèmes environnementaux majeurs : l’accumulation des déchets de pneumatiques. Cette innovation pourrait marquer un tournant dans la gestion des déchets et la production de batteries plus vertes. Bravo !

Source :