Alors que la présidentielle malienne approche à grands pas, Aliou Boubacar Diallo voit ses rangs grossir au fil des semaines. Le samedi dernier, une vingtaine de partis* a lancé un appel en faveur de sa candidature pour ce scrutin. Ces formations expliquent leur choix par la constance de l’homme d’affaires, son engagement pour son pays, sa philanthropie et ses propositions concrètes.

Un homme de consensus et de dialogue

Après l’adhésion de milliers d’anonymes à son parti en début d’année, au cours de l’installation de plusieurs bureaux dans tout le pays, Aliou Boubacar Diallo enregistre de nouveaux renforts. En effet, une vingtaine de partis politiques, réunis au sein de l’Alliance des Démocrates Rénovateurs (ADR), a lancé un appel en faveur d’une candidature de l’homme d’affaires à la présidentielle de février 2022. C’était samedi dernier, à l’occasion d’une cérémonie organisée au Grand Hôtel de Bamako. Parmi les formations présentes ce jour-là, on retrouve le PSD, le PDP, la CND, le Parti Mouvement Mali KO, la CNDR, l’AMAP, le PJT, le PAR, le PDR et le MMD. Cette coalition dit avoir porté son choix sur Aliou Diallo pour son engagement sans faille envers le Mali et sa population.

L’ADR note d’emblée que l’entrepreneur a toujours prôné l’intérêt de son pays, au détriment des calculs politiciens. En témoigne sa participation au Dialogue national inclusif (DNI) en décembre 2019. Homme de consensus, il aurait aussi et surtout fait des propositions concrètes à chaque étape de la vie de la nation malienne. On brandit notamment ses solutions « d’équilibre » quand le peuple était descendu dans la rue pour demander le départ d’Ibrahim Boubacar Keita (IBK). Ses suggestions ont été majoritairement reprises par la mission de la CEDEAO.

Un philanthrope dans l’âme

Le ralliement à Aliou Diallo s’explique aussi par sa philanthropie de longue date. Contrairement à de nombreux candidats qui jouent à présent les « pères Noël », le milliardaire contribue à l’amélioration des conditions de vie de ses concitoyens depuis plus de 30 ans, à travers sa fondation Maliba. « Aliou B. Diallo a toujours été aux côtés de nos populations pour alléger au mieux les souffrances en témoigne les différentes réalisations effectuées : constructions des forages, des ponts, le pavage des routes, équipements des centres médicaux, financement des projets des femmes, octroi des bourses d’études pour les enfants, entre autres », a souligné Tamba Danioko, président de l’ARD. On pourrait aussi parler de sa compagnie Hydroma qui a réussi à distribuer pendant 07 ans gratuitement de l’électricité verte aux habitants de Bourakébougou grâce à l’exploitation de l’hydrogène naturel.  Une telle prouesse est un indicateur du chemin de la transition énergétique telle que voulue par les accords de Paris lors de la COP 21.

Pour une vraie décentralisation au Mali

En outre, l’ARD met en avant le fait qu’Aliou Diallo soit pratiquement le seul candidat à considérer le volet économique, comme la clef d’une sortie de crise au Mali. Depuis plusieurs années, il travaille ainsi sur son fameux plan Marshall, qu’il compte doter de plus 15 000 milliards de Francs CFA. Ces fonds serviront à lancer véritablement le développement des régions par l’exploitation des ressources locales. Ils serviront aussi à lutter contre la corruption, à moderniser l’administration et l’armée et surtout à créer des dizaines de milliers d’emplois. Ce qui permettrait de mettre fin à la pauvreté, au chômage, à l’immigration clandestine vers l’Europe et au terrorisme.

« Nous nous mettons immédiatement à votre disposition pour l’élaboration de la stratégie permettant de rendre certaine votre victoire au sortir de l’élection présidentielle », a lancé Tamba Danioko à l’endroit du représentant d’Aliou Diallo, Me Abdoulaye Sidibé. Le secrétaire général de l’ADP-Maliba a répondu qu’il reçoit cette invitation avec un très grand sentiment de joie. « Votre appel a été entendu et sera fidèlement transmis à Monsieur Aliou Boubacar Diallo qui, j’en suis sûr, mesure sa portée avec responsabilité et saura vous répondre dans les jours à venir », a-t-il assuré.

Des grandes chances de l’emporter en février prochain

Notons qu’Aliou Diallo avait déjà été approché pour prendre la tête d’une coalition, nommée « Benso », lors des législatives de mars 2022 à Kayes. Il avait largement remporté ce scrutin dès le 1er tour avec 62% des voix. En février prochain, le milliardaire devrait encore conduire un front uni jusqu’au palais de Koulouba. Ses chances sont bien réelles si l’on se fie à certaines données. D’abord à sa belle troisième place à l’issue de la présidentielle 2018, derrière le président Ibrahim Boubacar Keita (désormais déchu et hors circuit) et Soumaïla Cissé (décédé en décembre 2020).

Celui-ci avait d’ailleurs bénéficié du soutien de la même Alliance des Démocrates Rénovateurs (ADR). Ensuite, l’on peut évoquer un récent sondage du cabinet Statix qui fait d’Aliou Diallo le favori de l’élection de 2022. Cette enquête lui donne 27% des intentions de vote, loin devant l’ex premier ministre Moussa Mara (17%). Il faudra toutefois attendre les prochains sondages avoir une idée nette du paysage politique, après le dernier putsch.

 

*en plus de la vingtaine de partis de l’Alliance des Démocrates Rénovateurs (ADR), près de 30 partis politiques non alignés et plusieurs centaines de clubs de soutien et d’associations ont fait de Aliou Boubacar Diallo leur porte étendard pour les présidentielles de février 2022.

Recevez les innovations du moment grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !