Pour des raisons sanitaires, les emballages alimentaires sont incontournables pour faciliter notre quotidien. Or, le temps d’utilisation de ces emballages est tellement court par rapport à la durée nécessaire pour les dégrader naturellement. Et pourtant, la majorité des emballages alimentaires
sont non biodégradables, ce qui est à l’origine des déchets spectaculaires dans la nature. Nombreuses sont les entités engagées dans des solutions écologiques pour résorber ce fléau environnemental. Pack’In’Bio dévoile sur son site web diverses idées ingénieuses qui peuvent inspirer les particuliers partageant les mêmes préoccupations. Dernièrement, des chercheurs ont dévoilé une alternative à l’emballage plastique en utilisant une matière à base de pelure de concombre.

Le rythme de vie citadin et le mécanisme des grandes distributions ont rendu nécessaire le recours aux emballages alimentaires. Cependant, les concepteurs ont depuis longtemps négligé les conséquences néfastes du plastique et autres éléments nocifs pour la santé de la planète. Voici le remède fraîchement conçu par les scientifiques qui ont l’ambition de verdir les emballages.

Les retombées des matériaux d’emballage non dégradables

Le plastique est le matériel à usage unique que les consommateurs évitent le plus. Cependant, il existe d’autres emballages alimentaires potentiellement dangereux pour l’environnement qui circulent sur le marché. Il s’agit notamment du carton, du papier et autres matières en aluminium. Sachez que la plupart des plastiques sont des dérivés d’hydrocarbures, donc très polluants. Qui plus est, il faut tenir compte de la quantité d’énergie nécessaire à l’extraction de l’aluminium et la fabrication de ces emballages. Autre inconvénient : le recyclage des emballages a ses limites. En effet, le processus de traitement ne permet de transformer qu’une infime partie des produits. Par conséquent, ces matériaux non recyclés se répandent librement dans la nature et provoquent des répercussions irréversibles.

La pelure de concombre ? Une solution possible

Plusieurs spécialistes de l’agro-alimentaire orientent leur recherche vers des emballages alimentaires plus écologiques. Le concombre, plus précisément sa pelure, peut changer la donne dans la transition vers une économie responsable. En utilisant le concombre comme matière première, les fabricants extraient 12% de déchets résiduels. Cette quantité est obtenue après le traitement des pelures ou des tranches entières comme déchets.

Notons que ce déchet traité et recueilli contient des celluloses, de l’hémicellulose et de la pectine. Une fois ces composants extraits de la pelure de concombre, ils sont utilisés pour obtenir de nouveaux biomatériaux utiles. Ce sont les nano-charges dans les bio-composites qui serviront pour constituer l’emballage alimentaire.

Les résultats de la recherche sur la pelure de concombre

La pelure de concombre engendre particulièrement un grand volume de biodéchets riches en cellulose. Cette dernière développe des nanocristaux de cellulose, servant principalement à la création des matériaux d’emballage alimentaire.

Cet exploit est le fruit des recherches effectuées par l’Institut indien de technologie (IIT) de Kharagpur. Les vertus de la pelure de concombre continuent de nourrir l’espoir des chercheurs indiens. Ces derniers continuent d’approfondir leur étude sur ce potiron aux multiples usages. D’ailleurs, en Inde, le concombre est très apprécié dans les salades, les cornichons, l’industrie des boissons, etc…

Recevez les innovations du moment grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici