Pratique

Vahana, le taxi volant d’Airbus

Modèle CityAirbus présenté en juin 2017 au Paris Air Show. Crédits photo : Marc Lacoste, Wikimedia Commons
54vues

Jadis réservés à l’imagination ou à la science-fiction, les engins volants les plus fous voient le jour. Aujourd’hui, on nous annonce l’essor prochain des voitures autonomes et robotaxis. Airbus, le géant de l’aéronautique, va plus loin. En effet, son concept Vahana est un taxi volant, à mi-chemin entre hélicoptère, avion, drone et voiture.

Focus sur un OVNI futuriste

À coup sûr, des spectateurs non avertis croiraient à un objet volant non identifié. De là à y voir la main d’extraterrestres, il n’y a qu’un pas. Pourtant, le modèle Vahana n’est que le fruit du savoir-faire technologique d’Airbus Group. Si cette dernière société fait penser à l’Europe, il faut préciser qu’elle dispose d’un pôle innovation en Californie, en pleine Silicon Valley. En fait, c’est la firme A3 – satellite d’Airbus pour tout ce qui se veut innovant – qui est à la base de la conception. C’est aussi aux États-Unis, dans l’Oregon, qu’un vol d’essai a été effectué le 31 janvier dernier. De quoi faire un petit buzz :

Le Vahana n’est autre qu’un robotaxi volant électrique. Pour l’instant, il a sans trop de mal réussi à s’envoler à environ 5 m de haut. À ce jour, il a besoin d’une station d’atterrissage pour se poser : il passe donc de station en station, comme s’il s’agissait d’autant de gares de taxis. Il doit être commandé via une application dédiée.

Le chef de projet Zach Lovering s’est félicité de cette performance en annonçant une nouvelle étape pour « l’innovation aérospatiale ». Il faudra tout de même attendre des perfectionnements… et des changements législatifs.

Quelle utilité pour le Vahana ?

Alors que le ciel est déjà parcouru par des avions et hélicoptères, on peut s’interroger sur l’intérêt du Vahana. Eh bien, si les robotaxis promettent déjà une résorption du parc d’automobiles et donc une limitation du trafic routier, ce taxi volant entend réduire encore plus les embouteillages.

Le taxi volant électrique d’A3 devrait être commercialisé d’ici deux ans, si tous ses développements suivent normalement leur cours. D’aucuns le présentent comme « le Uber du futur ». Son originalité peut effectivement lui valoir un créneau commercial intéressant. Le projet CityAirbus est également en cours d’affinage pour une variante manuellement pilotée :

Le Vahana commencera d’abord par du transport de marchandises, histoire de démontrer sa fiabilité. Toutefois, les voitures volantes ne sont pas tout à fait nouvelles, puisque le Lilium Jet a déjà eu l’occasion de faire parler de lui. Les années passant, la concurrence sera de plus en plus rude sur ce segment sélectif. Nous devons donc nous préparer à de grands changements !

Source :

Actu.fr

Philippe
Chaque jour qui passe est une innovation !

Recevez les meilleurs articles par email une fois par semaine !
+ +
Inline
Inline