EnvironnementPratique

Lumière sur les crottes de chien

Crédits photo : Gary Chambers
80vues

Les excréments ont décidément le vent en poupe ! En effet, après la pub où il fallait uriner, c’est au tour des productions de nos animaux de compagnie de gagner en popularité dans une zone résidentielle du Royaume-Uni.

Digestion et production d’énergie

Brian Harper, un résident des collines de Malvern, dans le Worcestershire, a développé un moyen d’alimenter les réverbères de la région en utilisant des excréments canins. Le système utilise un digesteur anaérobie attaché aux réverbères, véritable prototype d’alimentation électrique en crottes de chien. Pour alimenter la lampe, il suffit aux promeneurs de recueillir les excréments de leur animal dans un sac comme à leur habitude, puis de déposer le sac dans le digesteur anaérobie attaché au lampadaire avant de tourner la poignée.

Sacs pour excréments, source : KeystonePetPlace, Pixabay

Les excréments sont alors chauffés et mélangés avant d’être décomposés par des micro-organismes, dégageant ainsi du biométhane pour alimenter la lumière et produisant de l’engrais.

Faire évoluer les mentalités

Harper est membre du groupe environnemental communautaire Transition Malvern Hills. Il a passé trois ans à développer ce système, aidé par une subvention de l’organisation Malvern Hills Area of Outstanding Natural Beauty et de Methanogen Ltd, qui a fourni l’outil  de digestion. Environ 10 sacs d’excréments suffisent à alimenter les lampadaires pendant deux heures chaque soir. Le créateur espère que les lumières inspireront les gens à voir que même les crottes de chien ont de la valeur et qu’elles encourageront ainsi les gens à les ramasser. L’étape suivante sera d’essayer d’installer ces mêmes lampes dans tous les parcs urbains du pays.

Source : Nimuskis, Pixabay

Les digesteurs anaérobies à petite échelle semblables à ceux utilisés dans ce nouveau réverbère sont courants dans de nombreux pays en développement tels que l’Inde, ainsi que dans les grandes centrales occidentales, qui produisent de la chaleur et de l’électricité à partir des eaux usées et du fumier. Toutefois, une grande partie de l’énergie contenue dans les excréments est encore gaspillée, en grande partie parce qu’il est plus facile d’utiliser des combustibles fossiles bon marché. Le réverbère de Harper pourrait-il ouvrir la voie à un mouvement pour trouver des moyens durables d’exploiter cette énergie ? Il n’est pas fantaisiste d’imaginer un avenir où les excréments prendront de plus en plus de valeur…

Laura
Rédactrice web, je suis passionnée par l'écriture et les innovations. Ça tombe bien !

Recevez les meilleurs articles par email une fois par semaine !
+ +
Inline
Inline