Alimentaire

L’avenir des industries agroalimentaires, horizon 2025

219vues

Le changement du comportement alimentaire de la population se trouve au centre de la préoccupation des industries agroalimentaires. En effet, face aux enjeux du changement démographique, de l’environnement et l’essor récent du digital, les habitudes alimentaires changent. Dans ce cadre, Blezat Consulting, le CREDOC et Deloitte Développement Durable ont mené une étude qui vise à analyser les tendances actuelles et les transposer dans un avenir plus ou moins proche.

Les facteurs de changement comportementaux alimentaires

Le premier facteur de changement dans la consommation alimentaire des français serait un facteur démographique. En effet, la démographie actuelle affiche une augmentation de la population. Cette hausse, combinée à une progression de l’espérance de vie conduira à un vieillissement considérable de la population d’ici 2025. L’augmentation du taux de personnes âgées de plus de 65 ans nous indique que les dépenses alimentaires proviendront la plupart de cette part de marché.

A côté de cela, il y a les tendances incontournables de la consommation alimentaires qui motiveront les achats encore plus qu’aujourd’hui. En effet, les consommateurs recherchent une alimentation plus durable et des produits plus respectueux de l’environnement. Les consommateurs veillent également sur leur santé et bien-être, privilégiant les produits plus naturels. Par ailleurs, dans une société où la plupart des gens ont une activité professionnelle surchargée, les consommateurs veulent de la praticité. De ce fait, nombreux se tournent vers le e-commerce alimentaire. Les drives connaissent une bonne santé depuis 2010. De sorte que les hypermarchés ont instauré leur propre vente à distance et livraison. Face à ces facteurs, les industries agroalimentaires prévoient de s’adapter.

Changements prévisionnels de l’alimentation française

L’habitude alimentaire de la jeune génération française contraste avec celle de leurs ainés. En matière de consommation de viande et de poissons, la jeune génération dépense moins en viande et poissons que ces derniers. D’ici 2025, la part de marché en viande des personnes âgées de 45 à 54 ans va considérablement diminuer. Pour les seniors de plus de 55 ans, une baisse conséquente est prévue. En ce qui concerne le pain, le lait, fromage et œufs, on observera une forte croissance de la consommation à partir de 35ans en 2025. Par contre une baisse de la consommation d’huile et graisses est prévu dans cette tranche d’âge. Pour ce qui est des fruits et légumes, ce sont les personnes âgées de 65 ans et plus qui en consommeront le plus en 2025. Quant aux sucreries, la plupart de la consommation sera entre 38 et 47 ans.

Alimentaire 4

Par ailleurs, les jeunes générations n’allouent pas de budget important dans les boissons alcoolisées. En projection pour toutes tranches d’âges confondus, on prévoit une diminution de la consommation de boissons alcoolisées. En revanche on notera une croissance du marché des boissons non alcoolisées pour les seniors. Les industries agroalimentaires prévoient déjà de s’adapter à ce changement et prend en compte les facteurs pouvant influencer la consommation dans l’avenir. 

Axel
Rédac' en chef, je suis un véritable passionné d'innovations et d'entrepreneuriat. Etant toujours à la recherche de nouvelles idées créatives, j'ai décidé de partager mes découvertes sur Innovant.fr, pour vous inspirer également.

Recevez les meilleurs articles par email une fois par semaine !
+ +
Inline
Inline