EnvironnementTransport

Dans quelle mesure la construction navale peut-elle être durable ?

Source : Pixabay. L'avenir de la construction navale est dans les matériaux durables.
37vues

Après que Greta Thunberg ait fait son voyage durable à travers l’Atlantique avec le voilier de course Malizia II comme alternative au pilotage, la coque en carbone du voilier a fait l’objet de beaucoup de discussions dans le monde entier car ce matériau n’était pas durable. Cependant, il reste le choix le plus sûr et le meilleur pour les conditions difficiles en haute mer. Pour l’instant du moins, parce que l’équipe du projet ecosail dirigée par le professeur Fahmi Bellalouna de l’université des sciences appliquées de Karlsruhe travaille actuellement à rendre la construction de bateaux plus durable.

Pour la 1001 VELA Cup 2019, lancée en 2006 par l’université de Palerme en collaboration avec l’Université de Naples, l’équipe a mis au point un dériveur qui, basé sur son poids, est composé à 70 % de matériaux naturels, répondant aux exigences de la compétition. Finalement, l’équipe allemande avec son Mach 1 a pris la 5ème place du concours international d’étudiants professionnels avec des bateaux verts.

Bois tropical et structure de cadre

Le bateau, qui pèse environ 110 kg, ressemble à un 470, un dériveur olympique à deux hommes avec trapèze et spinnaker, mais est fabriqué à partir de tissu de lin laminé contenant 50 % de résine naturelle.

Voici un exemple de chantier naval respectant le processus de production durable :

En outre, la structure intérieure de la coque, une structure à ossature, est composée de bois tropical d’Okoumè et de Sapelli. Ce bois tropical se caractérise par sa grande résistance et son faible poids. Le pont du Dériveur Vert est en bois de bouleau. En plus des propriétés ci-dessus, il est également relativement flexible.

Des fibres naturelles pour la production industrielle

Le projet ecosail n’a pas pour seul objectif d’étudier et d’évaluer l’utilisation industrielle des fibres naturelles dans la construction de bateaux. Après tout, l’équipe de voile étudiante a maintenant prouvé que les concepts développés convenaient bien à la pratique.

La prochaine étape consiste à présenter ces concepts aux entreprises potentiellement intéressées lors de salons professionnels et de publications spécialisées. L’équipe universitaire espère d’autres accords de coopération possibles. Les étudiants, dont beaucoup sont des marins professionnels, travaillent déjà en étroite collaboration avec des sociétés de conception et de production de yachts.

Laisser une réponse

Recevez les meilleurs articles par email une fois par semaine !
+ +