Pour la première fois dans l’histoire de la Coupe du monde, la très attendue compétition sportive organisée par la FIFA n’aura pas lieu dans les mois d’été, mais pendant la période d’automne de l’hémisphère nord, dans les mois de novembre-décembre. Cela signifie que de manière exceptionnelle un championnat du monde aura lieu dans une zone très chaude et très particulière.

Après la dernière édition qui s’est tenue dans les terres froides de la Russie, en 2018, cette fois le rôle d’hôte de la Coupe du monde est joué par un nouveau membre, débutant dans la préparation des événements sportifs similaires. De plus, le Qatar commence à comprendre précisément ces dernières années ce que signifie jongler dans le monde du sport et surtout du football. L’équipe nationale locale, en effet, commence à profiter des premiers signes de popularité après la victoire en Coupe d’Asie en février 2019. Pas une mauvaise carte de visite pour le prochain championnat du monde, n’est-ce pas ?

Le Qatar conquête les casinos en ligne

Le prochain championnat du monde est une autre bonne occasion pour se préparer aux paris sportifs offerts par les plateformes de casino en ligne. La Coupe du monde est le tournoi le plus important et le plus suivi de la planète et il n’est pas surprenant de constater que les bookmakers donnent le meilleur d’eux-mêmes sur cette compétition.

Il y a plein de façons différentes pour parier sur le sport et sur le football : le pari d’avant-match, qui prédit le résultat avant le coup de sifflet,  le paris en direct, le pari préalable, le pari simple ou multiple et les systèmes, soit la modalité la plus complexe permettant au parieur d’insérer le plus de combinaisons possible sur plusieurs événements, afin d’avoir plus de chances de gagner. En particulier, l’un des marchés les plus populaires, même lorsqu’il s’agit de parier sur la Coupe du monde, est de deviner si dans un match les deux équipes marqueront ou non. Bref, les chances sont à l’affiche.

Si vous êtes passionnés des paris et vous avez déjà joué aux machines à sous en ligne ou à d’autres jeux d’argent dans les casinos en ligne, vous serez probablement à l’aise avec cette typologie de jeu et de mise, mais une petite relecture générale sur le site des paris ne nuira pas.

L’assignation de la « victoire » au Qatar

Les nouvelles règles de la FIFA, valables à partir de l’édition 2018, exigent qu’une confédération ne puisse pas accueillir le championnat du monde avant la troisième édition suivant la dernière organisée dans un pays qui lui est inscrit, soit 12 ans. Ainsi, après l’Afrique du Sud 2010 et le Brésil 2014, il n’a pas été possible d’accueillir les championnats 2018 ni en Amérique du Sud ni en Afrique, alors que l’organisation de la Coupe du monde 2022 était interdite aux nations européennes, après l’affectation de la Russie 2018.

Onze nations ont initialement soumis leur candidature pour accueillir l’événement sportif, mais c’est le pays du Moyen-Orient à avoir gagné la dispute finale, malgré les polémiques : l’attribution du tournoi à l’Etat qatari n’a pas manqué d’accusations de sabotage de la sélection et de corruption.

Disposant de 11 stades distribués dans 5 villes, les problèmes logistiques seront presque inexistants, car les voyages que les équipes, les journalistes et les fans devront affronter sont très courts. De plus, tous les stades seront équipés de systèmes de refroidissement zéro émission grâce à l’utilisation de technologies solaires pour garantir que la température ne dépasse jamais 27° C, ainsi d’assurer toujours des conditions de jeu optimales et un environnement confortable pour les supporters.

Vers Qatar 2022 : l’évolution du football arabe

Le Qatar, au cours de son histoire, a connu très peu de joies et beaucoup de « douleurs », principalement du fait que le football n’est pas un sport « désertique ». Le mot « ballon » dans le pays arabophone apparaît en 1948, à l’occasion du match entre les ouvriers européens, ceux qui s’étaient installés suite à la découverte d’un gisement de pétrole au début de 1938.

L’équipe nationale du Qatar, quant à elle, a disputé son premier match officiel en 1970 contre Bahreïn lors de la première édition de la Coupe du Golfe. Le reste des apparitions dans la même compétition et en Coupe d’Asie n’apportent aucun succès malgré les étapes importantes jusqu’aux quarts de finale ou aux demi-finales. Malheureusement, il manque toujours quelque chose qui peut permettre à l’équipe  de triompher.

Les années 2010, en revanche, ont marqué l’évolution de l’équipe asiatique. Le grand talent Ibrahim et le vélociraptor Akram Afif, pivot de l’actuelle attaque qatari, ont garanti le succès et l’arrivée du premier trophée historique remportant le très recherché : la Coupe d’Asie 2019. Le rêve mondial peut devenir réalité compte tenu de la qualification de pays hôte : une belle opportunité de promouvoir le plus beau sport du monde même dans les dunes.

Recevez les innovations du moment grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici