Pour répondre à l’appel lancé par le président Ghazouani en faveur d’un fonds de solidarité contre le coronavirus et ses conséquences, Mohamed Ould Bouamatou a annoncé, il y a quelques jours, un don d’un milliard d’ouguiya. Dans son sillage, d’autres patrons mauritaniens ont fait des gestes, qui appuient l’effort financier international contre la pandémie.

Les patrons mauritaniens répondent à l’appel de Ghazouani

À peine débarrassé du régime liberticide d’Abdel Aziz, qui l’a contraint à un exil de dix ans, Mohamed Ould Bouamatou doit déjà faire face à un nouvel ennemi, cette fois invisible, mais plus mortel : le Covid-19.

Quelques jours après son retour au pays natal, le philanthrope mauritanien a annoncé un don d’un milliard d’ouguiya (8 millions d’euros), dans le cadre de l’appel lancé par le président Mohamed Ould Ghazouani pour la création d’un fonds national de solidarité sociale contre la pandémie et ses conséquences.

Ce fonds, déjà doté de près de 60 millions USD sur ressources publiques, est ouvert aux contributions volontaires.

Le don effectué par Mohamed Ould Bouamatou servira à financer de nombreuses actions dont l’acquisition de médicaments, l’appui à des milliers de familles pauvres, la prise en charge par l’Etat des taxes douanières ou encore le soutien aux importations de denrées de première nécessité.

Mohamed Ould Bouamatou a également appelé les patrons d’Afrique « à participer activement à la lutte contre le virus », en donnant « aux hôpitaux, aux soignants, à la recherche, aux ministères de la Santé ».

L’appel du président de la Fondation pour l’Égalité des chances en Afrique a été largement entendu par les dirigeants d’entreprises en Mauritanie. Parmi eux, Mohamed Ould Nougueid, qui se trouve à la tête d’un empire financier actif dans le secteur bancaire, la pêche, l’import et le BTP. Il a décaissé un milliard d’ouguiya, tout comme l’Union nationale du patronat de Mauritanie (UPNM) dirigée par Zine El Abidine.

La communauté internationale se mobilise pour l’Afrique

Les dons des philanthropes et patrons mauritaniens s’alignent sur les efforts du gouvernement national et des institutions financières internationales. Celles-ci ont annoncé, ces dernières semaines, d’importants financements pour freiner la propagation du Covid-19 et préparer l’après crise.

La Banque Mondiale et le FMI ont notamment déployé deux plans de sauvetage économiques pour le continent et d’une manière générale pour les pays en voie de développement. Ces institutions de Bretton Woods sont également disposées à repousser les échéances de remboursement des dettes.

Par ailleurs, le FMI fournira 50 milliards de dollars en installation d’urgence aux pays à faible revenu et aux marchés émergents pour atténuer les chocs économiques du coronavirus, dont 10 milliards de dollars en prêts concessionnels. En outre, la Banque Africaine de Développement (BAD) a décaissé 10 milliards de dollars en soutien aux Etats du continent.

Des systèmes de santé très défaillants

Mercredi 8 avril 2020, l’Afrique comptait 9 178 cas confirmés de Covid-19 et 414 décès, dont 193 en Algérie, 94 en Égypte et 93 au Maroc. Le bilan pourrait monter rapidement puisque le continent approche du pic de la pandémie.

Une situation qui semble inévitable car l’Afrique est pauvre et sous équipée. Les systèmes de santé y sont défaillants, les gouvernements pratiquement irresponsables. D’où les craintes de l’OMS sur un désastre sanitaire en cas de flambée de la pandémie.

Recevez les innovations du moment grâce à la newsletter envoyée chaque mardi. Vous allez adorer !